Etudier les fonctions cognitives qui caractérisent l’intelligence humaine et animale


Accueil > Actualités

Article dans JEP:General

par ZIEGLER Johannes - publié le , mis à jour le

Une collaboration entre deux équipes du LPC (Cognition et Contexte Social, Pascal Huguet et Clément Belletier/ Cognition Comparée, Joël Fagot) et une équipe du CNAM-Paris (Isabelle Barbet & Jean-Marc Monteil) montre que, chez le primate non-humain, la présence de congénères dominants non seulement facilite les automatismes cognitifs mais empêche leur inhibition lorsque nécessaire (dans le cas où ces automatismes s’avèrent inopportuns). Cette double influence, observée aussi chez l’humain (cf. Mazerolle, Régner, Morisset, Rigalleau, & Huguet, 2012-Psychological Science), suggère un rôle majeur de la vie en groupe dans l’évolution des capacités de contrôle cognitif de notre propre espèce [lien].