Etudier les fonctions cognitives qui caractérisent l’intelligence humaine et animale


Accueil > LPC > Thèses

Soutenance de thèse Eddy Cavalli le mercredi 7 septembre à 14 h

publié le , mis à jour le

"La Lecture de l’Adulte Dyslexique Universitaire : Dépistage, Réorganisation Cognitive et Neuro-fonctionnelle".

Résumé :

La dyslexie est un trouble neuro-développemental spécifique à l’apprentissage de la lecture, qui touche entre 6 et 8% de la population. Elle se caractérise principalement par des déficits dans les compétences de reconnaissance des mots écrits affectant les procédures de lecture phonologique et orthographique. Les travaux de recherche ont mis en évidence de manière systématique une persistance de ces déficits à l’âge adulte. Pourtant, certains adultes dyslexiques parviennent à poursuivre et réussir des études post-secondaires. Ainsi, ces individus pourraient développer des stratégies de lecture adaptatives ou compensatoires leur permettant d’atteindre un niveau de compréhension en lecture similaire à des adultes normo-lecteurs. Les travaux conduits dans cette thèse visent à préciser la dynamique des mécanismes neurocognitifs impliqués dans l’établissement de stratégies de lecture adaptatives ou compensatoires chez l’adulte dyslexique universitaire.

Dans l’Étude 1, la problématique du dépistage de la dyslexie adulte en France a été étudiée en proposant des méthodes statistiques permettant de déterminer les propriétés psychométriques de différents outils de dépistage. Par la suite, certaines des compétences sémantiques (notamment le vocabulaire et les compétences morphologiques) ainsi que la compréhension en lecture des étudiants dyslexiques ont été évaluées. Les Études 2, 3 et 4 ont permis de montrer que les compétences en vocabulaire et la compréhension en lecture seraient préservées, en dépit de déficits persistants dans les compétences phonologiques. De plus, les résultats suggèrent que la compréhension en lecture serait sous-tendue par l’utilisation de stratégies de lecture adaptatives. Par ailleurs, les compétences morphologiques de ces lecteurs semblent également être préservées et impliquées dans la compensation des déficits en lecture. En effet, l’Étude 5 a permis d’observer une dissociation entre le développement des compétences morphologiques (évaluées par une tâche orale de conscience morphémique) et les compétences phonologiques (évaluées par une tâche orale de conscience phonémique). De plus, l’amplitude de la dissociation en faveur des compétences morphologiques était directement reliée au niveau de lecture des étudiants dyslexiques, suggérant que l’utilisation de ces compétences pourraient constituer un support pour compenser les déficits rencontrés dans les compétences phonologiques. Les Études 6 et 7, conduites en magnétoencéphalographie (MEG) dans une tâche de lecture de mots impliquant le traitement morphologique (paradigme d’amorçage), confirment cette hypothèse. En effet, ces travaux ont permis de préciser la dynamique spatio-temporelle du traitement morphologique, et ont montré une contribution précoce des traitements morphologiques et morpho-sémantiques dans la reconnaissance des mots écrits. Ces activations précoces, situées dans les régions frontales inférieures gauches, étaient directement reliées au niveau de lecture des étudiants dyslexiques, confirmant le rôle du traitement morphologique dans la compensation en lecture.

Enfin, les résultats de ces travaux de thèse suggèrent que la compensation des étudiants dyslexiques serait soutenue par le développement et l’utilisation des compétences sémantiques et principalement des compétences morphologiques, et supportent l’hypothèse d’une réorganisation cognitive et neuro-fonctionnelle de la lecture des adultes dyslexiques universitaires.

Mots-clés : adulte dyslexique universitaire ; dépistage ; compétences de vocabulaire ; compréhension en lecture ; compétences morphologiques ; compensation ; magnétoencéphalographie.