Synergie des systèmes cognitifs, une nouvelle approche pour l'apprentissage de la lecture?

auteurs

  • Pegado Felipe

mots-clés

  • Synergie des systèmes cognitifs
  • Consolidation des apprentissages par le sommeil
  • Apprentissage de la lecture
  • Maternelles
  • CP

type de document

POSTER

résumé

Peut-on améliorer l'apprentissage de la lecture à partir des connaissances du fonctionnement cérébrale? Les neurosciences cognitives montrent que les divers systèmes sensoriels et moteurs ne travaillent pas de façon isolé, mais s'inter-influencent mutuellement. Nous avons donc testé s'il est possible de résoudre une difficulté visuelle avec les lettres (la "confusion en miroir", e.g., écrire à l'envers) par l'aide d'autres systèmes cognitifs (système auditif, tactile, gestuel...) chez les enfants du CP. Le but étant de créer, par un court entrainement multisensoriel-moteur une représentation des lettres que soit multimodale et donc robuste, afin d'aider le système visuel à ne plus confondre "b" et "d" par exemple. Pour tester l'efficacité d'une approche de "synergie entre systèmes cognitifs" dans le cas de la lecture, nous avons utilisé une méthode causale, en proposant une intervention à l'école: un entrainement de 30 minutes par jour sur 3 semaines en petits groupes, ciblant cette difficulté visuelle. Nous avons observé une nette amélioration de la perception visuelle et de l'écriture. Mais le plus important c'est que nous avons constaté chez les enfants entrainés et ayant consolidé cette apprentissage par le sommeil (siestes post-entrainement), une augmentation sans précédent de la fluidité de lecture (deux fois plus rapide que les autres enfants des groupes contrôles). Les résultats ont été systématiquement répliqués dans trois essais contrôlés randomisés. Ils démontrent non seulement un cas extrême de plasticité cognitive chez l'homme, c'est-à-dire l'inhibition d'un mécanisme visuel (généralisation des images en miroir) ancien (d'au moins ~ 25 millions d'années) en seulement trois semaines. Cela montre comment la cognition humaine est capable de s'adapter pour des activités culturelles comme la lecture. Ce travail révèle aussi une stratégie pratique simple et rentable pour libérer le potentiel de lecture des enfants qui apprennent à lire. Désormais, nous envisageons des nouvelles recherches pour 1) mieux comprendre les mécanismes cognitifs et cérébraux en jeu, 2) tester le potentiel des nouvelles techniques de consolidation des apprentissages, 3) tester l'impact des interventions encore plus précoces (en maternelle) et 4) chez les dyslexiques.

article PDF

plus d'information