Encombrement perceptif et codage orthographique chez l'enfant.

auteurs

  • Leibnitz Laurie
  • Ducrot Stéphanie
  • Mathôt Sebastiaan
  • Grainger Jonathan

mots-clés

  • Codage orthographique
  • Lecture
  • Crowding
  • Prélecteurs

type de document

COMM

résumé

La prévalence des difficultés en lecture en début de scolarité varie de 5% à 15% en France. Il est donc nécessaire d'identifier le plus complètement possible les processus conditionnant le bon développement de la lecture afin de permettre à un maximum d'enfants d'accéder à la maîtrise de la langue écrite. Si l'importance de la conscience phonologique, de la connaissance des lettres et du vocabulaire a été largement démontrée, peu d'études en revanche se sont spécifiquement intéressées au rôle des processus perceptifs et attentionnels dans l'apprentissage de la lecture ou à leur implication dans certains dysfonctionnements langagiers (pour une revue, voir Muneaux & Ducrot, sous presse). Dans ce cadre, nous nous sommes intéressés au rôle de ces processus dans la lecture, via la mise en place du codage orthographique chez l'enfant, en étudiant à quel moment les processus perceptifs et attentionnels se spécifient au cours de la scolarité, conférant ainsi à la lettre le statut d'objet visuel singulier permettant le traitement parallèle des lettres. L'enjeu est à terme de déterminer si les processus perceptifs et attentionnels impliqués dans le codage orthographique conditionnent l'apprentissage de la lecture et en constituent des prérequis. Pour répondre à cette question, nous avons proposé à 19 enfants de CM2 et 38 enfants de CP de réaliser une tâche d'identification de caractère en vision parafovéale, en utilisant un paradigme de choix forcé. Le type de caractères (lettres vs. symboles), la taille (1 vs. 3 caractères), la position (CVG vs. CVD), ainsi que l'espacement entre les caractères (normal vs. augmenté) étaient manipulés. Les résultats confirment le rôle particulièrement important des processus perceptifs et attentionnels dans l'apprentissage de la lecture et confortent l'hypothèse que l'apprentissage de la lecture provoquerait une adaptation aux processus perceptifs de bas niveau (Tydgat & Grainger, 2009 ; Chanceaux, Mathôt, & Grainger, 2013).

plus d'information