• Cognition et neurosciences sociales
  • Langage
  • Développement et vieillissement des fonctions cognitives
  • Perception et attention
  • Le LPC à Saint Charles
  • Cognition comparée

Equipes de recherche

Cognition et neurosciences sociales

"Mieux comprendre comment les processus cognitifs sont influencés par le contexte social et environnemental"

Perception et attention

"Etudier les processus perceptifs, attentionnels et oculomoteurs mis en œuvre au quotidien lors de la lecture de textes, la perception de scènes visuelles naturelles et la reconnaissance de formes familières (lettres, mots, objets et écriture manuscrite)"

Développement et vieillissement cognitifs

"Etudier le développement et le vieillissement cognitif"

Langage

"Mieux comprendre l’organisation complexe du langage : son acquisition, son fonctionnement normal et pathologique, ainsi que son implémentation cérébrale"

Cognition comparée

"Mieux définir les processus cognitifs propres à l’humain à travers l'étude de la cognition d'autres espèces animales"

 

Agenda

7 oct 2019 14:00

Soutenance de thèse Jonathan Mirault

Amphithéâtre Sciences Naturelles - Campus St Charles

Jonathan Mirault soutiendra sa thèse « L’identification des mots lors de la lecture de phrase : de l’intégration des informations orthographiques aux représentations syntaxiques »

sous la direction de J. Grainger,

Membres du Jury :
Ludovic Ferrand – Bernard Lété – Michel Fayol – Stéphanie Massol – Stéphanie Ducrot

Résumé:
Commentpouvonsnousliredesphrasessansespaces ou losrque des lerttes au sein des mots sont invresées ? Dans cette thèse, nous présentons sept articles de recherche qui se répartissent sur différentes strates théoriques allant de l’étude de l’identification des mots de la phrase au traitement des informations orthographiques en passant par l’obtention des structures syntaxiques lors de présentations rapides de phrases. Les résultats obtenus démontrent clairement un traitement spatial et temporel suivant une logique parallèle, en cascade et interactive, des informations issues de plusieurs mots, mais également l’adaptation de ces patterns de lecture en fonction de la difficulté de la lecture (lorsdelalecturesansespaceparexemple). L’un des éléments clefs pour répondre à notre problématique de départ repose sur le fait que le mot est à la phrase ce que la lettre est au mot. Nous avons également observé que l’encodage des informations visuelles spatiotopiques était bruité ce qui venait ajouter du crédit à l’hypothèse du traitement parallèle des informations et enfin, nous avons décrit comment l’accès aux représentations syntaxiques était modulée en fonction du temps de présentation des phrases et comment l’accès à ces représentations pouvait se faire à partir de 300 ms.

Abstract:
Howcanwereadsentenceswithoutsapces or when the lerttes in the words are srcamlbed? In this thesis, we will present seven research articles which focus on the role of efficient orthographic processing, word identification, and syntactic processing in enabling reading in noisy conditions. The results of these studies reveal the spatial integration of orthographic information followed by parallel, cascaded and interactive processing of word identities, their syntactic function and contribution to sentence-level processing. One of the key elements to answer to the questions raised in this thesis is the idea that words are for sentences what letters are for words. Just like noisy letter position coding enables identification of words with transposed letters, the noisy spatiotopic coding of word positions generates transposed-word effects. The results also demonstrate the rapidity of access to syntactic structures (as early as 300 ms), taken as further evidence for the processing of multiple words in parallel as a key aspect of efficient skilled reading behavior.

11 oct 2019 11:00

Séminaire Alex Taylor

Salle des Voûtes - Campus St Charles

Alex Taylor
Senior lecturer, university d’Aukland, New-Zeland

What can birds teach us about the evolution of intelligence?

Résumé
Over the past decade birds have shown the ability to produce problem-solving performances that rival those of our closest relatives, the great apes. This opens up the exciting possibility that birds have convergently evolved minds that think in similar ways to primates, despite the starting point for this evolutionary trajectory being a brain with a radically different structure from the mammalian brain. I will discuss three recent findings from my lab that provide evidence that birds i) mentally represent problems, ii) are intrinsically motivated to produce certain complex behaviours and iii) are capable of domain-general thought. This research has a number of interesting implications for both the evolution of intelligence and the creation of artificial intelligence.

 

31 déc 2019 10:30

CALENDRIER DES SEMINAIRES

JANVIER 

  4
11
18
25

FEVRIER

  1 P. Gisquet
  8
15
22

MARS

  1
  8 E. Koechlin
15
22 T. Joyce
29 M. Rouault

AVRIL            

  5
12
19
26 V. Izard

MAI    

  3
10 P. Barrouillet
17
24

JUIN                         

  7 R. Sefarth
14
21 M. Lizarazu
28

JUILLET                      

  5 H. Deubel
12
19
26

SEPTEMBRE

  6
13 B. Meier
20 F. Bouhali
27

OCTOBRE             

  4
11
18
25

NOVEMBRE         

  1
  8
15
22
29

DECEMBRE

  6
13
20
27

Vacances de Noël 2019
Début : samedi 22/12/18
Fin : dimanche 6/01/19
 

Vacances d'Hiver
Début : samedi 9/02/19
Fin :  dimanche 24/02/19

Vacances de Printemps
Début : samedi 6/04/19
Fin : dimanche 22/04/19

Fin de l'année scolaire
Samedi 6/07/19
Rentrée scolaire 2019
Lundi 2/09/19

Vacances de la Toussaint
Début : samedi 19/10/19
Fin : dimanche 3/11/19
Vacances de Noël 2020
Début : samedi 21/12/19
Fin : dimanche 5/01/20

Partenaires

  • Brain & Language Research Institute
  • Institute of Language, Communication & the Brain 
  • Tremplin Carnot Institut Cognition

Plus de détails

A la Une

  1. Nature Human Behavior: How implicit biases create gender discrimination

    In an article in Nature Human Behavior, Isabelle Régner (Social Cognition team) and her colleagues show that committees with implicit biases promote fewer women when they do not believe gender bias exists. Even scientists have gender stereotypes … which can hamper the career of women researchers.

  2. How is the human brain unique?

    Although the relative expansion of the frontal cortex in primate evolution is generally accepted, the nature of the human uniqueness, if any, and between-species anatomo-functional comparisons of the frontal areas remain controversial. To provide a novel interpretation of the evolution of primate brains, sulcal morphological variability of the medial frontal cortex was assessed in Old World monkeys (macaque/baboon) and Hominoidea (chimpanzee/ human). We show that both Hominoidea possess a paracingulate sulcus, which was previously thought to be unique to the human brain and linked to higher cognitive functions, such as mentalizing.

  3. PNAS: Constraints on the lexicons of human languages have cognitive roots

    In an article in PNAS, Emmanuel Chemla (LSCP, CNRS, ENS) together with Isabelle Dautriche (Language team) and Joel Fagot (Comparative Cognition team) show that learning biases for connectedness are present in baboons, suggesting that the shape of the world’s languages (both content and logical words) has roots in general, nonlinguistic, cognitive biases.

  4. Arthur Jacobs avec ses directeurs de thèse, Ariane Levy-Schoen et Kevin O'Regan
    Prix Gay-Lussac Humboldt

    Arthur Jacobs obtient le prix Gay-Lussac-Humboldt 2018. Il était l'un des acteurs majeurs dans le domaine de la psychologie cognitive des années 90 à Marseille, ancien membre du centre de recherches en neurosciences cognitives fondé par Jean Requin, il a dirigé la thèse de M. Montant, A. Rey et J. Ziegler. Aujourd'hui professeur à la Freie Universität Berlin, il codirige avec J. Ziegler la thèse de Marion Fechino (LPC, ED 356) sur « poésie et cerveau ». Photo : Avec ses directeurs de thèse, Ariane Lévy-Schoen et Kevin O'Regan, lors de la cérémonie à l'Académie des Sciences le 7 Mai 2019.

  5. Grammatical class modulates the (left) inferior frontal gyrus within 100 milliseconds

    In an article in Scientific Reports, Francois-Xavier Alario (Language team) and colleagues showed showed rapid (from ~80 ms onwards) noun-verb differences in the left and (to a lesser extent) right inferior frontal gyri (IFG), but only when those nouns and verbs were preceded by the syntactically predictive context (i.e. their corresponding pronoun).This suggests that syntactic unification manifests very early on during processing in the LIFG. The speed of such syntactic unification operations is hypothesized to be driven by predictive top-down activations stemming from a domain-general network in the prefrontal cortex.

  6. Prix international de la Fondation Fyssen
  7. Prix Paoletti decerné à Adrien Meguerditchian

    Cette année, le prix a été décerné par Catherine Jessus, directrice de l’INSB, à Leïla Perié et Adrien Meguerditchian. Deux jeunes talents dont les recherches portent sur l'immuno-hématologie et la psychologie cognitive (lien) Claude Paoletti, ancien directeur du département des sciences de la vie du CNRS, a pris de nombreuses initiatives pour soutenir les jeunes chercheurs. Ses amis ont créé un prix à sa mémoire et sa pérennité est assurée par l’Institut des sciences biologiques du CNRS.

  8. Interspecific behavioural synchronization

    Cette expérience montre d’une part que le maître agit comme un attracteur pour le chien, comme c’est le cas de la mère pour son bébé. Mais surtout, elle indique un processus commun entre les canidés et les humains, et qui est à l’œuvre entre eux : la synchronisation comportementale du chien sur l’humain, en l’occurrence son maitre, avec l’affiliation existante entre cette paire d’individus.

Pages